LES NEWS

Actualité de l'association 
Photos du trail de la Bassine et de la SaintéLyon
Récits de la saintéLyon

A méditer ….

TRANS AQ 2011 par Hélène

TRANS’AQ 2011

 

Plusieurs jours ont été nécessaires pour ‘décanter ‘ cette semaine de raid transaquitain !

Près de 200 inscrits, mais seulement 135 partants !

130 finishers  sont à St Girons ! un bon cru au sein duquel j’ai pu parcourir ces 204 km de sable, de plage, de dunes et de forêts ! 85ème pour 30h20 de course !!!

6 belles étapes nous ont fait progresser tout au long de ces chemins magnifiques avec de superbes vues parfois, comme cette 2ème étape, point de vue d’un côté de l’océan et de l’autre du lac d’Hourtin ! ou comme ces forêts de pins landaises tout en hauteur et en senteur, nous montrant ô combien ce pays n’est pas le plat pays que l’on croit ! la dune de Pila bien sûr …

Expérience unique et fantastique mais qui serait incomplète si j’oubliais l’ingrédient principal qu’est l’amitié partagée tout au long de tous ces kms avec mon ami de grand chemin qu’est Pierrick ! et aussi la rencontre avec d’autres aventuriers, pour certains déjà étoilés car récidivistes en la matière !!!

Prologue :

Cette Trans’Aq me fait rêver depuis plus d’un an ! et en septembre, je me lance et m’inscris !

Une préparation sans faille depuis de nombreuses semaines, des discussions à n’en plus finir sur le meilleur équipement qui soit, sur le plus léger, sur les meilleurs lyophilisés que nous ne manquons pas de ‘goûter’ …. Pendant ces samedis d’entrainement et d’essayage du sac et de son chargement, sur le halage et les sentiers pentus entre St Malo de Phily et St Senoux , nous sommes souvent accompagnés de notre ami Lionel, une façon pour lui de participer à notre prochaine aventure ….

Après les 250 km de désert Marocain fin février, , j’avais intégré dans mon programme les 83 kms de l’Eco trail de Paris fin mars, avec Pierrick ! sur le coup, pas franchement une réussite (sauf pour Sylvie) ; en gros, nous subissons tous les 2, à chacun sa manière, cette course ! cela nous amène à bien réfléchir sur la façon d’aborder nos prochaines semaines d’entrainement pour ne pas se rater et bien vivre la Trans’Aq ! au final donc, une expérience qui nous a permis de nous ‘recaler’ en nous posant les bonnes questions … l’enjeu est de taille et il n’est pas question de se louper !!!!

La semaine précédant le départ sera difficile pour moi car mon père est hospitalisé et les nouvelles ne sont pas bonnes … cela m’amène à me poser la question de participer ou pas à ce raid !!! grosses angoisses … une fin de préparation en rade… la situation semble se stabiliser, l’encouragement de mes frères et sœurs qui me rassurent quant à leur présence ….. je décide de partir malgré tout : le sac est terminé à la hâte,( heureusement que je m’étais bien avancée ….)

Samedi midi, je prends le départ avec ma voiture et passe prendre Pierrick ! je suis partagée entre la joie de faire cette course et la culpabilité de laisser ma famille dans un tel moment ….. l’angoisse se manifestera tout au long de cette journée de transition (Pierrick en fera les frais…. mais il me comprend et me réconforte en réparant téléphone bloqué (par ma faute), et plus tard, dans la soirée, ma nouvelle lampe frontale que je n’ai pas essayé et qui ne s’allume pas : je panique … (je n’ai pas appuyé assez longtemps !) .... J’en oublie sûrement !!!!merci Pierrick pour avoir su rester calme et efficace !!!!...

il faut que je m’apaise, que je m’autorise le plaisir d’être là !!! dès l’arrivée vers 18h au camp d’Hourtin, un groupe de 5 filles Luxembourgeoises m’interpelle : ’Hélène, dossard 26’ : ravies de te voir, et bien le bonjour d’Antoine (copain de course du raid au Mali, il y a 18 mois) ! elles sont sympa, Nous décidons de nous installer dans la même ‘fleur’ qu’elles  (3 tentes de 3 personnes pour 1 réchaud à partager)! cette fleur répondant au nom de ‘la dune d’amour’ ! elle nous comptera donc parmi ces 9 membres … !

un frugal repas le samedi soir et 1ère nuit sous la tente , test nature du ‘light’ : du ‘matelas’ ultra léger’ qui s’avère surtout ultra mince, le sol est dur et il fait froid ! …ben oui, le duvet étant, lui aussi, ultra léger donc pas ultra chaud !!!!! ça nous met dans l’ambiance !!!

Hélène et les garçons sera la devise de la semaine car je partagerai aussi la tente avec Philippe, un ‘local’ qui a déjà l’expérience de la Trans’Aq 2009 ! je suis en charmante compagnie…

Dimanche :

L’épreuve tant redoutée de la pesée des sacs s’effectue sans encombre : la moyenne est de 5.5 kg et c’est 5.4 qui s’affiche !!!! le sac de réapprovisionnement du milieu de semaine doit faire moins de 3 kg : 2.98 Ouf !!!!!! tout va bien … il reste maintenant à patienter jusqu’au lendemain matin en papotant avec les uns et les autres …et en jouant à la plus belle momie de nos petons respectifs ! … chacun a son expérience, son idée sur la façon d’aborder ce raid !

Pierrick et moi avons décidé de faire la course ensemble toute la semaine ! Inch Allah !!!

Un briefing de Gérard qui explique l’utilisation du road book et du vocabulaire particulier à la qualité des chemins : S0 :pas de sable …. Jusqu’à S6 : sable mou partout, sans moyen de l’éviter … !!!

une 2ème nuit plus douce que la 1ère et c’est l’autonomie qui commence ainsi que la 1ère étape !

6h30, tout le monde debout, rangement du matelas et duvet, préparation du petit déj en attendant son tour pour le réchaud …. une musique des Pink Floyd signale le ralliement de tous les coureurs, (se sera cette même musique qui annoncera le ralliement tous les matins) puis un mot de Gérard et c’est parti !

1ère étape : Piqueyrot/la Gracieuse – 26.3 km, 342 m + et – Etape courte mais variée et difficile !

Stratégie du jour : rester en ‘dedans’ ; atteindre l’arrivée, sans se perdre et se fatiguer ! durée visée : 3h47 pour un cut off de 4h47 ! donc aucune pression, y’a le temps !

On longe le lac plusieurs kms avant de faire un demi-tour par la forêt et expérimenter la réalité des chemins S3, S4 .. S5 voire S6 pour grimper la dune qui nous amène sur la plage pour quelques kms ! c’est beau, tout va bien … heureux d’être là !

on repasse la dune, 16.8 km de faits et le 1er ravito est là ! enfin, de l’eau uniquement ! rempotage et encouragements des bénévoles , pointage … et l’arrivée après 10 autres km ! toujours sur le bord du lac d’Hourtin !

Et de 1 en 3h47 ! et 100ème tout rond ! pile poil dans le teaming !

Lavage, que dis-je décrassage dans le lac, pas d’autre point d’eau !

repos à l’ombre des pins …. Popote et dodo ! il faut être en forme pour demain !

2ème étape : La Gracieuse/ Le Lion – Etape longue de 40.6 km, 410 m+ et – 5h40 et 78 ème

Stratégie du jour : gérer l’allure ! durée visée : 6 h ! après quelques beaux chemins forestiers bien sablonneux, traversée d’une dune et c’est la plage …. 6 km ! Pierrick, en lecteur avisé du road book, décide de faire une ‘variante’ et de rester sur la plage pour au moins 6 autres kms …. Nous sommes nombreux à adopter cette stratégie : le sable est humide et tassé, donc pas de difficulté pour avancer… il fait beau … magnifique moment… on s’aide mutuellement pour rester dans l’allure sans accélérer ! il faut rester prudent et retrouver la piste initiale car rater le ravito serait synonyme de rebrousser chemin avec des kms à rallonge !!! bien nous en prend, une fois la dune traversée, c’est le ravito qui est en vue , droit devant nous ! Yes, fierté d’avoir ‘visé juste’ ! 18.4 km de faits, rempotage des bidons ! sentiers forestiers avec tout type de sable bien sûr, traversée de pare-feu, S6 assuré ! on laisse la forêt pour longer le magnifique et paisible lac de Lacanau ! de bien jolies bicoques profitent de ces belles vues, quelques photos et c’est sereins que nous suivons l’unique sentier du bord de lac ! 2ème et dernier ravito, Philippe est là, il semble fatigué, il se repose un peu, nous lui proposons de se joindre à nous ! on bifurque à nouveau dans la forêt, dévastée par endroit, paysage lunaire… et surtout en qualité S4 et S5 …traversée ‘sauvage’ pour couper quelques angles à 90° ! et c’est l’arrivé avec sa maison forestière et son unique point d’eau sous forme de ‘pompe’ à eau désamorcée !!! chacun devra pomper pour son copain et inversement s’il veut se laver ! authenticité et fraicheur assurées !

C’est donc 3 colocataires souriants, main dans la main, qui franchissent l’arrivée !

Et de 2 : 5h40 (pour un cut off de 8h08) et 78 ème au classement du jour ! tout va pour le mieux !

Distribution générale d’1 fruit, yaourt et pain : hum, ça fait du bien !

quelques douleurs aux pieds se sont fait sentir durant cette étape et il faut maintenant regarder dans quel état ils sont ! bien sales déjà, faut laver avant de faire le diagnostic ! grosses ampoules sur le côté de chaque gros orteil ainsi que sous chacun des 2 petits orteils ! bon, ben, faut sortir la grosse artillerie ! sous le regard dubitatif et un peu effrayé de Pierrick et Philippe ! je ne suis pas rassurée, moi non plus !

seringue, éosine : piquer, aspirer, réinjecter ! aîe aîe aîe, ça brule dur ! et ré-aspirer!

Facile non ? ….. enfin, plus facile à dire qu’à faire !! la podo surveille son petit monde et se propose de me donner un coup de main ! je suis assise, heureusement, car elle y va plus franco que moi et je défaille sec ! je dois m’allonger, tout tourne …. 5 mn à attendre que ça passe ! sous l’œil bienveillant et attentif de mes 2 colocataires !!! …faut laisser sécher tout ça et attendre demain matin pour refaire les pansements ! bon alors, maintenant que ça va mieux : popotte et dodo ! pas facile car les ampoules me ‘lancent’ ! je me résous à prendre un doliprane pour trouver le sommeil ! j’appréhende un peu : demain sera la journée la plus longue!

3ème étape : Le Lion/Cap Ferret – 58.1 km – 310 m + et -  DEPART 7H30 !

Départ pour la moitié des coureurs 1h30 avant les 75 mieux classés (dont Philippe fait parti)

Un sommeil en pointillé fait que le réveil est difficile ! je dois faire les pansements sur les ampoules ! mais avant, il faut recommencer la séance seringue, éosine…. Car tout ça s’est reformé pendant la nuit : je perds donc énormément de temps à soigner mes pieds et donc, le temps passant, je m’affole un peu  voire beaucoup ! pas franchement bien organisée sur ce coup là ! je dois aussi m’alimenter en prévision de ces longs et fastidieux kms où l’on nous promet terrain difficile et montagnes russes à n’en plus finir …. Bref ! je prends le départ sans avoir fait de toilette ! à la guerre comme à la guerre !… C’est parti pour les réjouissances annoncées et direction Cap Ferret ! pas de panique tout de même car le cut off est de 12h55 ! tant de temps accordé laisse deviner quelques belles difficultés … quelques coupes sont possibles ! bof ; pas intérêt de louper contrôles, balises et ravito …. Donc, pas de prises de risque, c’est le chemin balisé qui sera suivi !!! même si, au bout de quelques kms, on voit débouler devant nous toute une troupe qui a, très vite, coupé et gagné ainsi quelques précieux kms et minutes … bon, tant pis ! c’est le jeu …. Quelques kms plus loin, ce même groupe quitte, à nouveau, le chemin et décide de se guider à l’azimut, normal, ce sont de jeunes militaires qui mènent le jeu ! la prudence cependant est de mise car si la ‘coupe’ est tolérée, elle doit se faire par chemins et pare-feu seulement : interdiction d’abimer la forêt en traversant à tout va et sans repère !!!! question de sécurité et de respect du travail de l’ONF !!! …. Bon vent donc à ces hasardeux ! 

Un groupetto s’est formé et c’est à 6 que nous cheminerons tranquillement toute la journée : Pascal et ses bâtons, Pascale, Béa, Arnaud, Pierrick et moi bavarderons donc, au gré de l’allure et de l’humeur de chacun de choses et d’autres …. En alternant marche et course selon le terrain et le dénivelé !!! ce rythme permet d’apprécier le paysage forestier qui sent bon le pin et la fougère !!! l

18.3 km et le 1er ravito est là : rempotage et encouragements de nos sympathiques bénévoles avant de traverser le canal : c’est joli comme tout et quelques photos viendront mémoriser ce bel endroit … plusieurs contrôles successifs … pour empêcher quelques coupes bien tentantes … retour sur les sentiers forestiers …. le groupetto suit sagement le balisage … tranquillement pour rejoindre le 2ème ravito au 35ème km ! il faut se restaurer un peu …. Il reste encore une bonne vingtaine de kms à parcourir et les montagnes russes à franchir … sous le soleil de mi-journée ! nous voyons les 1ers de la course, partis 1h30 après nous, dépasser à une allure que nous leur envions un peu ! très étonnés par contre de n’avoir pas vu Guillaume, 1er au classement !!!! il surgit, tout à coup, affolé de s’être perdu pendant 45 mn environ !!! hé oui, y’a des risques qu’il faut assumer quand on ‘coupe’ !!!! il court à une vive allure … et surtout vers le drame de la journée, car il va ‘exploser’ en vol et décider d’abandonner !!! nous le retrouverons un peu plus tard, sur le chemin, en sens inverse … pas content du tout …. Dommage pour lui d’avoir craqué car il avait sans doute les compétences pour revenir dans la course !!! sa décision ne fera pas l’unanimité au sein des coureurs …

Nous attaquons maintenant la partie ‘montagnes russes’ sous la chaleur en pataugeant dans toutes sortes de sable, mou le plus souvent ! chaque ‘sommet’ grimpé permet d’apercevoir le prochain ! la patience et la détermination de chacun nous amène bientôt au dernier ravito ! il était temps car les réserves d’eau se sont épuisées et Pierrick n’est pas au mieux de sa forme à ce moment-là ! on rempote, on pointe et je repars en laissant Pierrick se reposer un peu, je marche car si j’arrête, mes pieds me font trop mal pour repartir !!! le groupetto à 6 se reforme après un petit km sur piste cyclable, bienvenue après le dénivelé incessant des 10 kms précédents ! on bifurque sur la droite, un ultime franchissement de dune et c’est la plage pour un peu plus de 6 km !

Et c’est parti pour trottiner et atteindre St Jean Cap Ferret ! je cherche le sable dur et flirte avec les vagues, traitresses car, par 3 fois, je me fais copieusement arroser …. Quelques bunkers rattrapés par la mer, avant d’être complètement engloutis dans les prochaines années… jalonnent la plage, l’arrivée se fait désirer dans une jolie brume d’embruns et ne se découvre qu’au dernier moment ! nous avons couru à 6 toute la journée, nous nous attendons avant de franchir la ligne d’arrivée ensemble ! en un peu plus de 9 h ! (temps estimé avant départ de 9h et un cut off de 12h55 !) tout va bien d’autant plus qu’une bouteille d’eau pétillante est remise à chacun en même temps que notre sac de ravitaillement du 3ème jour !( recharge en nourriture et linge propre)

Le campement est installé sur la plage …juste derrière , quelques restos et pizzerias …. Hum, ça sent bon, il faut juste passer devant pour aller se laver au tuyau mis à notre disposition ! confort bien sommaire donc … mais cela ne me dérange pas ! le côté ‘spartiate’ du raid me convient bien, il fait partie intégrante de la Trans’Aq !

Il y a du vent …. Du sable un peu partout dans la tente… en baroudeurs aguerris, cela ne nous empêche nullement de deviser tranquillement en récupérant …. En mangeant …. Chacun fait sa tambouille, fait sécher sa lessive… soigne ses pieds…. J’assure ma séance de piqures, éosine…. En vieille habituée ! repos jusqu’à demain soir, donc y’a le temps pour tout faire … sans stress et surtout j’en profite pour trainasser et me reposer ! une bonne nuit douce et complète, bercée par le vent, et c’est le grand jour : celui de la Dune du Pila que tous, nous attendons et redoutons aussi !

Dans la matinée, à 11 h : récupération des sacs qui déleste chacun de son ‘superflu’ ! je cherche surtout à partir avec un poids minimum !!! puis à 14 H : il faut quitter notre tente, et regagner un jardin public où chacun se prépare !!!

Un passage en Zodiac pour traverser le bassin d’Arcachon et nous sommes au pied de la dune ! il reste quelques heures avant le départ !

Tout en préparant mes pieds, je lève les yeux et vois notre Yoyo jacquolandin chercher ses amis au milieu de tout ce joyeux capharnaüm !!! avec mon photographe attitré Jean-Jacques   arrivent aussi Véro et Cécile : des retrouvailles bien sympathiques sous le regard étonné et envieux des autres coureurs !!! quelques bisous… quelques commentaires sur l’état de mes pieds que je prépare pour l’étape de nuit et si possible celle du lendemain !! et c’est bientôt le rassemblement sur la plage pour un départ imminent juste avant la tombée de la nuit ! pas de road book pour cette étape de 28 km : le balisage se fait à l’aide de petits bâtons lumineux …

4èem étape  : LE PILA SUR MER – LAC DE CAZAUX – 28 km –

Une modification de dernière mn nous emmène dans les rues de la ville pour 2 petits kms et c’est par la plage que nous donnons l’assaut durant de longues mn de grimpettes pour atteindre le sommet du Pila et longer durant 2.5 km ses crêtes toutes vallonnées ! une belle descente à fond les ballons dans du sable bien mou et c’est de nouveau la plage pour 6, 7 bons kms … attention, il fait nuit et d’immenses cannes à pêche nous barrent le chemin ! soit on contourne mais le sable est mou, soit on passe dessous avec le risque de se prendre les pieds dans le fil …. Prudence est de mise …. Un signal lumineux nous indique de rejoindre la dune, et c’est 700 m de ‘bac à sable’ bien mou, la patience est de mise avant de pouvoir, enfin, vider tout le sable rentré dans les chaussures même, avec les guêtres …. Le plus dur est derrière nous…. Le terrain va être forestier …. De longues lignes droites … en faux-plat, je peine un peu ce soir, à cause des douleurs aux pieds … j’essaie de ne pas y penser mais le moindre caillou, la moindre pomme de pin me fait crier !!! il faut avancer… nous sommes avec Arnaud et Béatrice ! … l’allure est bonne …. Je décroche de plus en plus ! je préviens que je ne regarde pas les balises ! j’essaie juste de m’accrocher aux talons de Pierrick ! il m’attend ! je ne parle plus (mauvais signe) ! nous ne sommes plus que tous les 2 ! sur une belle ligne droite, juste après un pointage et ravito, nous ratons une balise, un coureur ou 2 nous emboitent le pas ! puis un carrefour…. Sans balise : zut, m …e !!! flûte, il faut rebrousser chemin ! nous avons fait 800 m au moins de trop dans du sable mou … demi-tour ! et nous retrouvons la balise et le bon chemin ! cet incident m’a fait prendre conscience de mon état mental ! il faut réagir : ça me ‘réveille’ du coup et maintenant, nous sommes 2 à bien suivre les balises…. Du monotrace qui sent bon la fougère et le pin …. Un ciel magnifique, rempli d’étoiles !!! moment de grâce ! tant pis pour les ampoules, c’est pas elles qui vont faire la loi !

Nous avons perdu du temps et retrouvons un rythme plus ‘vigoureux’ ; nous rattrapons ainsi nos amies luxembourgeoises, ainsi que Pascale …. Nous cherchons tous ensemble le chemin, car il manque une balise à un croisement …. Demi-tour, discussion et nous repartons …. Nous retrouverons plus loin la balise…. Chacun reprend son rythme mais nous arriverons tous ensemble, à quelques mn d’intervalles ! temps estimé 4h30 ; temps réalisé 5h ! pour un cut off de 5h30 ! … ouf, le temps imparti était un peu ‘short’ et le fait de s’être perdu aurait pu nous coûter cher !!!

nous nous retrouvons donc autour d’une soupe bien chaude et d’un petit verre de vin blanc de la région !.... je suis crevée ! il est plus de 2h du matin … j’ai enlevé mes chaussures… je laisse Pierrick attablé … et je pars me coucher … je pars dans la mauvaise direction et rejoins les tentes oui ! mais des organisateurs et bénévoles !!! c’est pas par là ! un gentil bénévole me raccompagne jusqu’à ma tente ! il m’a demandé le nom de fleur : je réponds ‘dans le gaz’ qu’elle s’appelle ‘les tatas flingueuses’ ! il ne connaît pas… et insiste donc pour que je lui donne la bonne réponse… après réflexion, c’est la ‘dune d’amour’ ! Zut, j’ai plus toute ma tête ….. je retrouve Philippe qui nous a mis   1 h dans la vue et essaie de dormir car certains anglais ne sont vraiment pas discrets ! ça rigole… ça parle fort… je passe d’autres détails … je me couche toute frigorifiée car je suis trempée de sueur mais je n’ai pas le courage de me laver ni de me changer ! d’ailleurs, on n’y voit rien et je ne sais pas où aller …. Il ne reste que quelques heures pour dormir avant de prendre le bus à 9 h pour 2 h de trajet et rejoindre la forêt landaise ! réveil habituel à 6h30 ! un café avec le pain d’hier soir, donné à l’arrivée ! j’y ajoute du miel et me chauffe un café ! quelques photos de ce joli coin, complètement ignoré quelques heures auparavant ! à cause de la nuit et de la fatigue !!!

j’ai les yeux tout gonflés !!! je n’élimine pas assez vite les toxines se trouvant dans les reins !!! tant pis, il faut continuer ! le car nous dépose dans une forêt et c’est reparti pour 28 bornes !

5ème étape– MIMIZAN/ST JULIEN EN BORN

Il est 11h15 ! de la piste cyclable d’abord, puis ce sera du chemin forestier pendant toute l’étape ! la forêt landaise est différente ! les chemins plus larges, un sable moins ‘fuyant’, des montées et descentes régulières et moins ardues ! nous marchons, nous courons comme lors de la 3ème étape ! une partie du groupe s’est reformée  avec Pascal et Béa !

Nous avons plaisir à partager ces moments…. Nous prenons quelques photos entre contrôles, ravito et balises de pointage ! une étape sans grand souci … les pieds font toujours mal mais j’ai décidé que ça ne me ferait pas ralentir ni me plaindre … alors, il avance, le petit soldat et attend patiemment la ligne d’arrivée qui se fait, main dans la main ! dans le camping ! sous les encouragements et bravo de ceux qui nous ont précédés !

cut off : 5h06 ; temps réalisé : 4h !!! pour un temps espéré de …. 4H !

Un magnifique lieu que ce camping, équipé de douches chaudes !..... quelques mn de repos, les jambes en l’air, calées sur le tronc d’ un pin …

puis une 1/2h sous l’eau chaude ! quel plaisir ! je ressors de là après avoir tout lavé : le coureur et les sous-vêtements, short et maillot… essoré, tout ça est remis directement sur moi !!! ben oui ! il fait beau et ça va sécher tout seul et très vite !!!

Juste les chaussettes sont mises sur un fil de fortune ….

Puis c’est un passage obligé vers la tente des podos ! quelques ampoules sont en cours de guérison mais hélas, pas toutes et c’est pas beau, beau ! une pommade va venir désinfecter tout ça et demain, avant le dernier départ ! je referai les pansements ! cela ne m’inquiète plus trop car, il y a comme de la ‘légèreté’ dans l’air cette fin d’après midi ! nous savons toutes et tous que, sauf gros pépin de dernière minute, nous sommes finishers et le but est donc quasiment atteint !

Tout a un goût de dernière fois : le campement en ‘fleur’ au sein duquel nous partageons notre dernier repas ! Philippe en a assez de son riz au lait lyophilisé ! je lui propose mes pâtes bolo en échange ! généreux, il me donne son riz au lait sans rien en retour ! faut dire que mes pâtes bolo n’étaient pas des plus appétissantes !!!! je me régale donc de ce très acceptable riz au lait ! la soirée est agréable ; il fait doux ! et nous sommes détendus ! il n’est pas 20 h que je suis déjà allongée dans la tente, j’écoute mes 2 copains de chambrée raconter leurs histoires et anecdotes…. Je m’endors très vite !!!! une bonne nuit pour bien récupérer car Pierrick veut, pour cette dernière étape, ‘taper dedans’ ! à bon entendeur …. Plus question de gérer l’allure, il faut ‘lâcher’ les chevaux ! heu… ça fait quand même 5 jours que nous courons, de jour comme de nuit, sur tout type de terrain et avec notre sac quand même … rien n’y fait, il semble déterminé ! bon, on verra bien !

6ème étape : ST JULIEN EN BORN-ST GIRONS-PLAGE

Le départ est donné alors même que nous arrivons tranquillement sous l’arche …. Ça part très vite ! je cherche du regard Pierrick ! il s’est positionné devant moi et semble décidé à mener une allure … très soutenue ! les 1ers kms sont difficiles, j’ai du mal à suivre le rythme ! je vois Pierrick se retourner régulièrement !!! ‘non mais ça va pas ! lui ! il est fou ce matin ou quoi ! …. ‘ je peste intérieurement … cependant, je ne lâche pas et suis, peu à peu, plus à l’aise! je me fais pourtant doubler, j’emboite le pas tant que je peux à mon lièvre de fortune…. Ça monte, je marche….on traverse du sable mou, je marche … et me focalise sur ma respiration pour récupérer au mieux ! .. Tant pis pour Pierrick ! soit il attend, soit il continue tout seul et arrivera tout seul !.... non mais ça va pas de penser ça ! je sais que nous franchirons la ligne d’arrivée ensemble ! je n’en doute pas une mn même ! je repars de plus belle et le retrouve au ravito ! 14 kms de faits ! il en reste 9 et c’est ensemble que nous continuons en franchissant une dernière dune avant d’aligner les derniers kms sur la plage ! la mer se retire et je longe le sable humide ! l’allure est soutenue et régulière ! les kms défilent ! c’est ainsi que nous voyons arriver notre ami Lionel, en tenue ! il vient faire les 4 derniers kms avec nous ! je suis bouleversée par une telle marque d’amitié et d’encouragement ! je change de mollets, je passe de ceux à Pierrick, en grande forme ce matin à ceux de Lionel pour imprimer l’allure et ces derniers moments forts en émotions, heureuse d’avoir été jusqu’au bout et triste que cette belle aventure se finisse déjà ! l’arrivée est là, devant nous ! des applaudissements … des instants immortalisés en photos par Jean-Jacques ! le sourire ému de Véro et Cécile …. Et nous franchissons, main dans la main, l’arrivée finale ! séquence émotions fortes … soulagement certain d’avoir atteint le but fixé et fin de l’aventure ! de cette belle semaine de partage des rigolades, des galères, des bobos, de la convivialité … une semaine où, à aucun moment, il n’y a eu une envie d’arrêter, une déception de l’autre ou de l’organisation… rien à jeter, tout à garder dans sa tête et dans son cœur !!!

Un peu plus de 30 h de course en 6 étapes à une allure menée et gérée du début à la fin, sans avoir à subir les difficultés, juste les accepter comme telles, les unes après les autres….pour atteindre l’arrivée dans le teaming que nous nous étions fixé, Pierrick et moi ! objectif atteint là-aussi !

A revivre un jour, ailleurs…. Où authenticité et humilité seront toujours les maitres –mot !

Il faut juste prendre le temps de vivre et revivre cette parenthèse hors de tout quotidien ! en se disant :

je l’ai fait !

après ces quelques jours et semaines passés ; je suis toujours autant impressionnée par la qualité de cette aventure …. Et plus riche de toutes ces images et émotions ! merci à la vie, et à ma famille pour m’avoir permis de vivre ce moment ! merci à Pierrick et à son attentive amitié sans faille, tout au long de cette aventure ! merci aussi à Philipe pour sa gentillesse et sa bonne humeur !

merci à mon association qui n’a eu de cesse d’envoyer messages et messagers pour participer à sa façon à notre belle épopée ! une pensée aussi pour le forum avec lequel je partage expériences et CR qu’est Pcap et ses adhérente)s !

un planning 2012 enrichi de cette expérience unique qui va me conduire à la découverte d’autres chemins et contrées ; que j’espère pouvoir partager avec les uns ou/et les autres !!!

FIN !

Écrire commentaire

Commentaires: 0